Au Sénégal l’agriculture occupe plus de 60% des activités de la population active (ANSD, 2013)

Cependant , elle fait face à de nombreuses difficultés (perte de la biodiversité agricole, baisse des rendements ,utilisation  abusive des intrants chimiques, dégradation  continue des terres, accentuation des effets du changement climatique…).  Les régions où l’agriculture constitue la principale source de revenue, ont les taux de pauvreté  les plus élevés (OIT, 2013),il y a quelques décennies ,la sécurité alimentaire était assurée dans ces régions. Un mode d’exploitation non adaptes au contexte local a conduit le système à ce stade.

Actuellement, la production et les revenus tirés de l’agriculture deviennent de plus en plus aléatoires ne couvrent plus les besoins des familles. Ainsi, les politiques mises en œuvre par le système colonial, puis par les politiques post- indépendances ont fragilisé le monde rural et le système de production endogène, rendant ainsi les paysans dépendant du système de production.

Assujettis à l’échec des politiques agricoles qui se traduit par la faiblesse depuis les années 80 du soutien accordé à l’agriculture familiale qui joue un rôle important dans l’économie du pays. 72% des ménages la pratiquent et elle représente 18% du PIB (PRONAT, 2016).

La croissance démographique et de l’urbanisation promut par l’acte III de la décentralisation  conjugués a une fragilité naturelle des milieux (OAM & CIRAD, 2008),font peser de fortes menaces sur la préservation des ressources naturelles et de la viabilité des formes d’agricultures qui les exploitent. Les acteurs sont également confrontés à de fréquentes crises d’ordre structurelle et conjoncturelle, liés aussi a un net baisse des aides internationales. C’est dans ce cadre que des Organisations comme la FENAB et l’ASPAB ont engagé le projet d’identification des acteurs de l’AEB pour une gestion concertée de la promotion de l’AEB et la restructuration du système existant.

Cependant, les organisations et les institutions faisant la promotion de l’Agriculture Ecologique et Biologique sont des acteurs sociaux complexes insérées dans un univers culturel, social et politique donné et soumises à des influences nombreuses (locales mais aussi externes à travers les processus de désengagement de l’Etat, la mondialisation,). La distinction, l’identification et la localisation prend alors toute son importance dans cette présente étude, ceci d’autant plus que réaliser l’état des lieux de leur activité véritable de la typologie de leur interaction et des demandes du secteur. Face à la complexité des acteurs et leur dispersion sur le territoire, la tendance souvent observée est concurrentielle, mimétique et dysfonctionnant. Il s’agit alors d’associer étroitement les acteurs concernés, en l’occurrence les responsables paysans, les membres des OP, les ONG et les institutions de recherche pour faire en sorte que la construction d’un système de production viable et durable soit un travail concerté, porteur d’innovation, de progrès et territorialisé.

Pour bien mener notre travail nous allons dégager notre objectif général : il s’agira de faire l’analyse de l’étude récapitulative sur les activités des institutions et organisations intervenant dans la promotion de l’agriculture écologique et biologique au Sénégal.  Spécifiquement l’étude permettra de dégager les objectifs suivants :

  • Identifier les principaux acteurs prestataires dans l’agriculture biologique et écologique
  • Démontrer le rôle et les enjeux liés à la gestion de l’AEB au Sénégal
  • De répondre aux défis occasionnels en promouvant la gouvernance de la promotion de l’AEB.

Pour atteindre nos objectifs des hypothèses seront élaborés. En effet, le domaine de l’agriculture biologique et écologique fait intervenir différents organismes méconnus sur le territoire sénégalais.

Ainsi, donc les hypothèses spécifiques seront articulées comme suit :

  • Il existe une multitude d’organisations et institutions qui sont engagés pour la bonne marche de l’agriculture écologique et biologique
  • Les organismes et institutions de l’agriculture écologique et biologique sont appelés à remplir certaines missions dans l’évolution du secteur agricole
  • Face aux aléas et exigences du secteur, des résolutions sont mises en place pour mieux s’adapter aux enjeux pour une bonne gestion de la gouvernance de cette agriculture au Sénégal.
  • Nous allons structurer notre travaille en trois partis : la première partie consistera à élucider les concepts, la deuxième   parti à montrer la démarche adoptée pour mener ce travail ; et en fin nous allons analyserons et discuterons les résultats.

Vous pouvez télécharger la base de données ici

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *